La styliste / Rosie Nixon

Titre original: The stylist
Auteur(e): Rosie Nixon
Parution: 2016
Nationalité: Anglaise
Éditions: Guy Saint-Jean
Nombre de pages: 488

"Luxe, paillettes, romance, coups bas et jalousie… Les coulisses de la mode ne sont pas de tout repos !
Quand Amber Green, employée dans une boutique luxueuse de Londres, se fait offrir par erreur le poste d’assistante de Mona Armstrong, LA styliste des stars, elle n’en croit pas sa chance. Seulement, les choses ne se passent pas exactement comme elle l’avait prévu. En plus d’apprendre à faire des cafés pour une patronne aux exigences particulières et dénicher des robes extraordinaires pour des actrices, elle doit aussi apprendre à gérer des égos démesurés et à prendre soin d’un cochon nain. Pas facile!
Pour couronner le tout, le nouveau boulot d’Amber place sur son chemin non pas un, mais deux prétendants aussi excitants l’un que l’autre….
Notre apprentie styliste arrivera-t-elle à garder les pieds sur Terre ? Et, plus important encore, que va donc porter tout ce beau monde lors des prochains galas ?"


J'ai   a-d-o-r-é   ce roman! Une vraie bouffé de fraîcheur en puissance. Ce chick lit à tous ce qu'il faut pour rendre le lecteur accro: de l'humour, de la romance, du glamour et une écriture fabuleuse, Je l'ai nommé le "livre parfait spécial cocooning". Après de longues heures, de longues journées à courir partout comme une poule sans tête au travail en cette joyeuse période des fêtes pour ensuite devoir rentrer et m'occuper de ma puce, j'étais plus que ravie d'étreindre ma doudou en fin de soirée et pouvoir me replonger dans cet univers de paillettes qui m'a fait rêver.

On se met à la place d'Amber qui doit travailler avec pas la plus facile des patronnes qui soit et on ne peut s'empêcher de lever les yeux au ciel plus d'une fois. Et dire qu'elle a eu ce job par erreur..! C'est une artiste mais n'est pas une professionnelle de la mode. Amber est vraiment très attachante. Elle bosse dure pour que les vedettes qui doivent pavaner les tapis rouges aient des looks phénoménaux (quitte à ressembler à un zombie tant la fatigue l'indispose!). Sa vie amoureuse ne lui laisse aucune répit (Liam le bel acteur? ou Rob l'assistant?) C'est le genre de personnage que l'on aimerait avoir comme amie. J'ai eu un petit coup de cœur pour elle, bon.

Grâce à Rosie Nixon, j'ai pu facilement entrer dans cet excellent roman et assister à la cérémonie des Oscars... les Golden Globes. L'auteure, qui est éditrice du magazine HELLO!, avait déjà un sacré bagage pour l'écriture de son PREMIER roman. En tout cas, pour un premier livre, je l'ai trouvé superbe. Son expérience dans le milieu de la mode lui a été plus que bénéfique. Mais surtout, grâce à Rosie Nixon, j'ai pu trouver un certain réconfort au moment où j'en avais le plus besoin. 

BREF, le monde du jet set, le triangle amoureux, une héroïne adorable et une plume magnifique ont fait en sorte que je puisse passer de très belles fin de soirées. Dans la lignée de Sophie Kinsella (mon idole!) et Lauren Weisberger, Rosie Nixon est une écrivaine à surveiller de près. Le petit plus? Sa couverture en hardback et sa pochette dorée scintillante! Empressez-vous les filles de faire connaissance avec Amber :) vous m'en direz des nouvelles!


J'aimerais remercier Québec Loisirs pour l'envoi de ce livre.

Le petite barbare / Astrid Manfredi

Auteur(e): Astrid Manfredi
Parution: 2015 (Belfond) 2016 (Québec Loisirs)
Nationalité: Française
Éditions: Québec loisirs
Nombre de pages: 160

► Pour l'acheter 

"Une jeune femme de 20 ans, surnommée la Petite Barbare par ses compagnons de détention, purge une peine de prison pour complicité de meurtre. Dans sa cellule, elle écrit le parcours d’exclusion. Jetant à la face du monde le récit d’un chaos intérieur et social, elle livre un témoignage plein de rage sur la vie en banlieue, l’absence d’amour, les clivages et le capitalisme. Un roman brut et stupéfiant. Un bâton de dynamite dans cette société du néant."


Awh La petite barbare....on a eu une relation littéraire amour-haine elle & moi et cela, à 2 reprises. La première fois, je me suis laissé tenté car c'est un roman assez court dont le résumé m’intriguait énormément. Après en être arrivé difficilement à la moitié, je l'ai refermé et j'ai voulu passer à autre chose. Pourquoi? C'est une lecture qui n'est pas facile du tout autant par son sujet que par ces trop nombreuses métaphores. Le langage est cru, des scènes imagées, une héroïne détestable... et ce n'est pas ce que tu recherches comme livre quand tu est un peu déprimé, hein? 
Mais comme je déteste laisser une lecture inachevée (il me faut la fin quand même!) et que je me dois de rédiger une chronique pour mon partenariat avec Québec Loisirs, ce n'était que partie remise.

J'ai retroussé mes manches la semaine dernière et je devais impérativement en voir le bout une fois pour toute. Ça y'est! Je peux enfin vous donner mon ressenti. Mon avis de base est le même: grossier, dure, explicite...mais au final, je me rend compte que c'est un roman qui fait réfléchir. Il n'est pas si mal en fin du compte. On y découvre une jeune fille pas née sous une bonne étoile. Elle a des parents lamentables, vit dans les bas fonds et a des fréquentations peu recommandables. Derrière cette adolescente révoltée se cache une fille envieuse. Elle rêve de paillettes, d'amour, d'une vie luxueuse et facile. Elle sert d'appât. Elle et son gang se vengent, en quelque sorte, de cette vie rêvée qu'ils n'ont jamais eu en faisant payer les hommes aisés de plusieurs façons. Jusqu'au jour où ils vont trop loin et qu'ils subissent les conséquences de la justice. C'est à partir de sa cellule que la Petite barbare nous raconte son histoire de son enfance à sa vie actuelle.

Ce livre reflète le désespoir et la haine. L'écriture de l'auteur accentue ces 2 thèmes. Elle ne passe pas par 4 chemins et va droit au but, sans chichis. Pour moi, ce point est positif. Ce que je peux rajouter à ceci, c'est que comme la plume est TRÈS française, je n'ai pas toujours tout compris. Il fallait que je demande à mon homme (qui est français) de m'expliquer tels ou tels expressions/mots. Donc pour les lecteurs québécois, n'hésitez pas à utiliser Internet en cas de doutes ou si vous passez par-ici, envoyez-moi un petit mot.  

BREF, si ma chronique vous laisse des points d’interrogations, c'est normal. Ma lecture fut très complexe avec une héroïne complexe, un sujet complexe. Si je l'avais lu à mon époque Virginie Despentes, je suis certaine que j'aurais pu apprécier cette lecture différemment car pour moi, La petite barbare se classe dans la même lignée. Je suis loin d'y avoir déniché un coup de cœur mais cela reste une plume a surveiller pour de prochains ouvrages. Je n'ai pas adoré mais je n'ai pas détesté non plus. Je suis....mitigée. Pour ceux qui l'on lu, qu'en avez-vous pensé?

J'aimerais remercier Québec Loisirs pour l'envoi de ce livre.

La sirène / Kiera Cass

Titre original: The siren
Auteur(e): Kiera Cass
Parution: 2016
Nationalité: Américaine
Éditions: Robert Laffont
Collection: R
Nombre de pages: 360


Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l'Océan en poussant les humains à la noyade. Son arme ? Une voix fatale pour qui a le malheur de l'entendre... et qui l'oblige à se faire passer pour muette lorsqu'elle séjourne sur la terre ferme.
Akinli, lui, est un séduisant jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé.
Alors que leur amour naissant leur fait courir un grave danger, Kahlen est-elle prête à tout risquer pour Akinli ?


Après avoir eu un coup de cœur pour le premier tome de La Sélection, j'étais impatiente de découvrir une fois de plus la sublime écriture de la talentueuse Kiera Cass. Je n'ai pas été déçue! La belle vient de prendre une nouvelle place parmi mon palmarès de mes auteurs préférés. C'est avec une immense joie que j'ai pu faire cette lecture commune avec Marie-Ève du blog S'évader par la lecture 

 Voyons voir ce que j'ai à vous dire...

Il faut savoir (ou pas) que depuis toute petite, je suis une fan inconditionnelle des sirènes. Je les aime d'amour. Que ce soit en poupées, en peluches, en photos, en peintures...elles sont pour moi une partie de mon enfance. Pas besoin de vous dire que quand j'ai su que Kiera allait nous offrir son premier roman traduit en français ET qui mettait en vedette des sirènes, j'étais plus que ravie! Yaaaaas! :D

Nous avons affaire ici a un roman jeune adulte fantastique. Les sirènes, ça n'existent pas...pas vrai? Et pourtant en lisant, j'y croyais presque. Toute l'historique de ces jolies créatures est très bien ficelée, bien expliquée et cela fut très efficace. J'ai pu rentrer dans le livre à une vitesse folle et impossible de m'arrêter. L'histoire d'amour entre Kahlen et Akinli (dont je déformais son nom en Akilin) est un peu "banal" sur le thème de "l'amour impossible" mais ça ne m'a pas dérangé....j'adore les romans avec des amours impossibles! Le seul petit bémol que j'ai pu trouvé est que j'aurais beaucoup apprécié voir davantage le personnage masculin. On lit de nombreux passages où Kahlen pense à lui et s'ennuie mais j'aurais aimé les voir ensemble un peu plus, surtout vers la fin.

J'ai aimé tous les personnages. Mon préféré reste Akinli, malgré ses quelques moments d'absences. Il est le genre de garçon que l'on aimerait toutes rencontrer: il est beau, gentil, drôle, bienveillant....à la limite du prince charmant. Les 4 principales sirènes que l'on fait connaissance sont toutes aussi agréables à suivre. Chacune à son caractère, sa personnalité, son histoire...un peu cliché allez-vous penser et pourtant, les 4 sont attachantes. Même les personnages secondaires sont intéressants. 

BREF, Kiera Cass m'a une fois de plus transporté avec sa plume exquise. Elle a un talent pour l'écriture qui n'est pas a négliger. Bien que j'ai préféré "La sélection", pour un premier roman, elle a su captiver le lecteur et le faire plonger au cœur des océans en compagnie d'adorables personnages. Derrière une belle histoire d'amour se cache un peu de mystère, un peu de "oh my god!". Une fois ma lecture achevée, je ne m'attendais pas à telle conclusion. J'aurais bien lu quelques chapitres de plus. Laissez-vous tenter par cet univers fantastique où l'amour et l'amitié y sont mis en valeur! Vous m'en direz des nouvelles :)

(image de base: Diglee)
Vous pouvez aller voir la chronique de Marie-Ève par ici et encore merci copinaute pour cette lecture commune

Merci aux Éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce livre!   •   Page Facebook de la Collection R

Moments de maman / Anne-Marie Dupras & Bach

Auteurs(es): Anne-Marie Dupras (texte) Bach (illustration)
Parution: 2016
Nationalité: Québécoise
Éditions: Les éditions de L'Homme
Nombre de pages: 64

► Pour l'acheter 

La vie en «mono» comporte ses hauts et ses bas... Anne-Marie en sait quelque chose. Suivez-la dans son quotidien un peu trop chargé, entourée de ses enfants Robin et Alicia, de ses parents, de ses ex et de sa meilleure amie. Un voyage au cœur de la mommytude dans tous ses états…


J'ai commencé à lire cette bande dessinée car son visuel était tentant mais aussi car un lundi matin en librairie, c'est vraiment le calme plat! J'ai eu le temps de lire le tiers et ce que je lisais me plaisait bien...j'ai donc été forcé de la ramener avec moi pour connaître la fin. Je ne regrette pas!

Si vous suivez Anne-Marie Dupras sur sa page Facebook, vous savez qu'elle a un très bon sens de l'humour. Pourtant, malgré le côté rigolo de la bd, j'y ai trouvé un petit quelque chose de touchant. Une maman monoparentale qui semble faire des pieds et des mains pour que sa progéniture soit bien et heureuse. Il y a des moments qui m'ont fait sourire, d'autres qui m'ont fait pousser un soupire (car même si ma mini-moi n'a seulement que 11 mois, je sais à quoi m'attendre plus tard...) et pis certains qui m'ont fait réfléchir. La vie d'une mère, seule avec son ados et sa plus jeune.,, ce n'est pas toujours facile mais heureusement qu'ils sont là pour mettre du baume au cœur.  

La bande dessinée est sous forme de mini-histoire comme les Garfield. J'adore ça! Chaque petits fragments dans la vie d'Anne-Marie est une surprise. Les sujets sont certes "banales" mais j'ai tout simplement adhéré. Je ne sais pas si c'est parce que je suis moi-même une maman ou bien c'est parce que j'ai le cœur comme de la guimauve ces temps-ci mais c'est une lecture attendrissante. C'est tellement beau de voir l'amour d'une mère envers ses enfants. Ça change des autres livres que j'ai pu lire dernièrement où il y avait toujours du drame et ça fait un bien fou! 

 Je n'en suis pas à mon premier Bach, nope! Mon deuxième en fait (le premier est dans mon planning de livres à chroniquer...j'ai du retard!). Elle est un peu comme ma Diglee Québécoise mais version plus "cartoon".  Encore une fois, les dessins de notre chère Bach adorée ne m'ont pas déçue. Les couleurs, les personnages...tout est parfait. Ajoutez à cela un thème et un texte qui nous fait passer du rire à la réflexion, vous avez un magnifique album. Le seul point négatif, si je peux appeler ça négatif, que je peux lui trouver est que la bd m'a semblé trop courte! J'étais triste de devoir la refermer aussitôt. La lectrice concentrée et à fond dedans que j'étais en aurait voulu encore et encore, ah!

BREF, j'ai l'air de me répéter sans cesse dans cette chronique mais c'est vraiment mon ressenti du moment: c'était une super bonne bd! J'ai tout apprécié de A à Z. Dernièrement, j'ai la tête aussi gonflée qu'un ballon soufflé à l'hélium avec mon mode de vie effréné et cette lecture m'a permis de relaxer pendant un court laps de temps. Si vous êtes à la recherche d'une lecture rapide, agréable et authentique, cette bande dessinée pourrait vous plaire. Alors....à quand la suite? 

Comme un coup de poignard / Ariane Charland

Auteur(e): Ariane Charland
Parution: 2016
Nationalité: Québécoise
Éditions: Éditions de Mortagne
Collection: Tabou
Nombre de pages: 314

► Pour l'acheter 

"La première fois. Certains disent que c'est magique. D'autres que ça fait mal, mais que ça passe. Pour moi, ça n'a pas été magique, et ça n'a pas passé. La douleur, je veux dire. C'est resté et ç'a empiré. Je suis défectueuse. C'est pour cette raison que je me ferme aux gens, que je détourne les yeux chaque fois qu'un garçon m'intéresse. Je ne veux pas courir le risque de lui plaire aussi. Je ne veux pas être obligée de lui avouer que le sexe, dans mon cas, est une torture. Alors je feins l'indifférence et me convaincs que tout va bien. Mais ça, c'était avant de rencontrer Luka. Avec lui, c'est différent. Ma carapace se fendille et mes mécanismes de défense s'enrayent. J'ai maintenant, plus que jamais, envie d'être comme tout le monde."


La collection Tabou ne cessera jamais de m’épater avec ses sujets super intéressants et ses auteurs bourrés de talents. Cette fois-ci, nous entrons dans la vie de Jeanne, une jeune femme qui en a plus qu'assez de ne pas pouvoir s'épanouir sur le plan "intime" (si vous voyez ce que je veux dire...) car chaque rapports avec les garçons la laisse dans une douleur agonisante (de là le titre du livre hein). Le sujet clé de ce trente-cinquième tome est la vulvodynie. 

Le thème m'a beaucoup plu. J'étais très curieuse et impatiente d'en savoir plus et quels sont les moyens de guérisons de cet inconfort. À la base, c'est une histoire d'amour de ce qui a de plus simple. Mais comment une jeune fille vit avec cette maladie alors qu'elle est en couple, heureuse et enfin prête à "célébrer" cet amour? J'ai adoré connaître les 2 points de vue des amoureux. Il y a Jeanne qui exprime ses joies, ses peines, ses craintes...mais il y a aussi Luka qui doit vivre avec cette situation. Va-t-il tenir le coup longtemps avec une copine qui ne peut pas (ou presque) avoir de rapports? Qu'en pense-t-il? En tout cas, ce dernier est le personnage que j'ai le plus aimé. Un chapitre n'en attendait pas un autre. Tandis que Jeanne, j'ai trouvé qu'elle se répétait souvent par moment et je n'ai pas trop compris les choix qu'elle faisait (dont un certain chapitre qui m'a fait sourciller lol wtf, fille?).

BREF, encore une fois, je ne suis pas déçue par ce nouveau tome de la collection. Ça m'a beaucoup apprit sur cette maladie qui doit toucher pas mal plus de filles/femmes qu'on ne pense. Avant ma lecture, je dois reconnaître que la vulvodynie m'était complètement inconnue. En plus d'être une belle histoire d'amour et de respect (oui oui!), ce fut pour moi instructif. Si vous êtes dans cette situation, eh bien sachez qu'il y a des moyens de "guérisons" et plusieurs ressources pour vous aider. N'hésitez pas à consulter et à en parler car tout le monde à le droit à son p'tit moment de câlins. Je recommande ce livre à tout le monde, tout simplement. C'est une bonne lecture à mettre dans son "package" littéraire.

J'aimerais remercier les Éditons de Mortagne pour cette belle lecture!

L'école du style, T.1: Glamour, projecteurs et histoires de cœur / Dïana Bélice

Auteur(e): Dïana Bélice
Parution: 2016
Nationalité: Québécoise
Éditions: Hurtubise
Collection: ---
Nombre de pages: 252

► Pour l'acheter 

"Du jour au lendemain, Olivia, 14 ans, est propulsée dans l’univers de la mode alors qu’elle fait des courses avec sa mère. L’agence nouveau genre qui la recrute a choisi de miser sur la beauté naturelle plutôt que sur les standards actuels. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, Olivia s’envole à destination de Londres pour son premier défilé.
Elle y apprendra en accéléré ce que le monde glamour du mannequinat peut lui offrir : des voyages, certes, mais aussi des amitiés, de la compétition entre mannequins et, qui sait, peut-être même l’amour…"


Je suis super contente de vous présenter aujourd'hui un très bon roman jeunesse! Si vous êtes réticents(es) en jugeant rien que par la couverture très "girly" et le résumé que vous êtes trop "vieux/vieilles" pour cette lecture, vous vous trompez.  En effet, moi qui suis proche de la trentaine (aïe!), J'ai beaucoup appris de ce livre. J'ai découverts en gros comment fonctionne le métiers de mannequin. Comme Olivia est nouvelle dans ce milieu, le lecteur apprend en même temps quelle les termes, la marche à suivre, le recrutement etc etc. J'ai trouvé ça fort intéressant! Pour moi, ça été le gros point fort du roman.

"L'école du style" n'est pas seulement un livre qui parle de mannequinat. Il y a des sujets très importants qui sont abordés comme l'amitié, la famille et le premier amour. On y trouve pas mal son compte. J'ai beaucoup aimé ce livre, sincèrement. Il se lit très rapidement (2 soirées dans mon cas, c'est un exploit!) et impossible de le lâcher une fois commencé. 

Les personnages sont très attachants sauf certains que j'ai aimé détester. Olivia est une adolescente très terre à terre qui sait ce qu'elle veut et qui ne se prend pas la tête. Elle a une maman assez particulière...on va se l'avouer mais leur relation est touchante. Leur vie n'est pas parfaite loin de là mais c'est ce qui les rend "vraies" et attachantes. Il y en a d'autres que j'ai aimé connaître. Par exemple Alonso, César, Madame Brabant....et d'autres qui m'ont fait plisser du nez comme Bella et Sara. Sara a beau être la meilleure-amie d'Oli, elle ne la traite pas comme telle et ça m'a vraiment agacé. Si vous le lisez, peut-être vous allez comprendre ah!

L'histoire n'est pas une révolution littéraire mais je vous jure que tout semble avoir été écrit en "connaissance de cause". L'auteure a déjà été elle-même mannequin. Je suppose qu'elle en connait tout un tas en la matière. Dïana Bélice a une plume remarquable et on ne peut qu'apprécier son oeuvre. Déjà que j'avais adoré un autre de ses romans "Détruiredesvies.com" (paru chez De Mortagne dans la collection Tabou), ce fut agréable de retrouver sa belle écriture dans un tout autre genre. J'en redemande!

BREF, ce livre contient tous les ingrédients pour un excellent livre jeunesse. Je suis très impatiente de retrouver Olivia et les autres dans le prochain opus (disponible en octobre prochain, yé!). Si le premier volet se passe à Londres, j'ai très hâte de voyager avec notre héroïne jusqu'à Sydney en Australie pour connaître la suite des événements. Bah oui. Comme tout bon livre, on nous laisse sur une fin pas trop chouette qui demande la suite et vite!



Merci aux Éditions Hurtubise pour l’envoi de ce livre! :)

La loi du coeur / Amy Harmon

Titre original: The law of Moses
Auteur(e): Amy Harmon
Parution: 2016
Nationalité: Américaine
Éditions: Robert Laffont
Collection: R
Nombre de pages: 432

► Pour l'acheter 

Je vous raconte. Il a été retrouvé dans un panier de linge sale au Lavomatic, emmailloté dans une serviette, âgé de quelques heures à peine et déjà à l'article de la mort. Au journal de vingt heures à la télé, ils l'ont appelé Bébé Moïse, ce nourrisson abandonné dans un panier, né d'une mère accro au crack et voué à toutes sortes de problèmes.

Tout cela s'est passé avant que je naisse, et le temps que je rencontre Moïse et que ma mère me conte son histoire, celle-ci était déjà de notoriété publique et personne ne voulait avoir quoi que ce soit à voir avec lui. Les gens adorent les bébés, même ceux qui sont malades, même les « bébés crack ». Mais les bébés grandissent, ils deviennent des enfants qui à leur tour deviennent adolescents. Et personne ne veut d'un ado amoché par la vie.

Et Moïse était amoché. Moïse était une loi à lui tout seul. Mais il était aussi étrange, et exotique, et tellement beau. D'être avec lui allait changer ma vie plus que j'aurais jamais pu l'imaginer. J'aurais peut-être dû rester à l'écart. J'aurais peut-être dû écouter les conseils. Ma mère m'avait prévenue. Moïse lui-même m'avait prévenue. Mais je suis restée près de lui...


Mais où est passé ce coup de cœur que j'ai eu avec "Nos face cachées"?! Si je suis parti à sa recherche en lisant le nouveau roman de Amy Harmon, je ne l'ai pas trouvé, bouh! Son deuxième opus traduit en français "L'infini + un" m'avait laissé indifférente, c'est la même chose avec celui-ci. Je suis tellement déçue! À en juger par les nombreuses chroniques positives que j'ai pu lire, j'étais certaine que j'allais me perdre dans cette lecture. 

Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est un mauvais livre, loin de là. Mais il ne me convenait tout simplement pas. En fait, la romance entre Georgie (déjà le nom m'a laissé perplexe) et Moïse a plutôt bien commencée....jusqu'à ce qu'on comprenne qui est vraiment Moïse. Là, je dois vous avouer que je me suis gratté la tête en me demandant si j'allais être capable de continuer ma lecture (SPOILER: le surnaturel et moi: ça fait 2). Réticente, c'est avec le nez froncé que j'ai laissé la chance au coureur de peur de manquer une très belle histoire malgré tout. Eh bien ça n'a pas fonctionné, voilà. Et ce, pour plusieurs raisons: les personnages principaux. Georgie...Georgie...Georgie... je ne me suis pas attaché à elle pas une seule fois. Elle a une façon de s'exprimer dérangeante. C'est son accent de là où elle vient et tout ça mais ça ne m'a pas plu ça m'a agacé. Elle est vraiment têtue et obstinée, arg! Et de son côté, Moïse ne m'a pas charmé. Je ne savais pas du tout comment saisir ce personnage (il l'aime..mais ne l'aime pas...mais au fond il l'aime...). Pourtant, l'histoire de son enfance est ce qui m'a attiré au départ. C'était une idée originale. Petit à petit, son histoire part dans tout les sens et au bout d'un moment je me suis complètement perdue et j'ai fini par décrocher.

BREF, le point positif, c'est la plume de Amy Harmon qui est toujours aussi belle. Elle sait très bien manier les mots et les émotions. C'est un régale littéraire de pouvoir lire ses jolies phrases. Vraiment dommage que ça ne l'ai pas fait pour moi. La première partie du livre est longue et on attend longtemps avant qu'il se passe quelque chose de percutant. La deuxième s’accélère un poil plus mais comme j'avais hâte d'en voir la fin, je n'ai pas pu en profiter pleinement. Contrairement à ce que vous pouvez croire, je ne met pas une croix sur cette auteure. Loin de là. J'espère de tout cœur que son prochain livre saura me plaire, je ne perd pas espoir! Comme je l'ai mentionné ci-dessus, ce livre n'est pas mauvais-caca-boudin. Seulement que le côté "surnaturel/fantastique" n'est pas mon genre de prédilection. Ceux et celles qui en sont adeptes passeront un beau moment de lecture, j'en suis certaine!

(p.s: je n'ai pas su exactement comment vous présenter cette lecture dans les moindre détails car je n'ai pas voulu spoiler les personnes qui voudraient le lire. J'ai voulu exprimer uniquement mon ressenti.)

Merci aux Éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce livre!   •   Page Facebook de la Collection R