Le petite barbare / Astrid Manfredi

Auteur(e): Astrid Manfredi
Parution: 2015 (Belfond) 2016 (Québec Loisirs)
Nationalité: Française
Éditions: Québec loisirs
Nombre de pages: 160

► Pour l'acheter 

"Une jeune femme de 20 ans, surnommée la Petite Barbare par ses compagnons de détention, purge une peine de prison pour complicité de meurtre. Dans sa cellule, elle écrit le parcours d’exclusion. Jetant à la face du monde le récit d’un chaos intérieur et social, elle livre un témoignage plein de rage sur la vie en banlieue, l’absence d’amour, les clivages et le capitalisme. Un roman brut et stupéfiant. Un bâton de dynamite dans cette société du néant."


Awh La petite barbare....on a eu une relation littéraire amour-haine elle & moi et cela, à 2 reprises. La première fois, je me suis laissé tenté car c'est un roman assez court dont le résumé m’intriguait énormément. Après en être arrivé difficilement à la moitié, je l'ai refermé et j'ai voulu passer à autre chose. Pourquoi? C'est une lecture qui n'est pas facile du tout autant par son sujet que par ces trop nombreuses métaphores. Le langage est cru, des scènes imagées, une héroïne détestable... et ce n'est pas ce que tu recherches comme livre quand tu est un peu déprimé, hein? 
Mais comme je déteste laisser une lecture inachevée (il me faut la fin quand même!) et que je me dois de rédiger une chronique pour mon partenariat avec Québec Loisirs, ce n'était que partie remise.

J'ai retroussé mes manches la semaine dernière et je devais impérativement en voir le bout une fois pour toute. Ça y'est! Je peux enfin vous donner mon ressenti. Mon avis de base est le même: grossier, dure, explicite...mais au final, je me rend compte que c'est un roman qui fait réfléchir. Il n'est pas si mal en fin du compte. On y découvre une jeune fille pas née sous une bonne étoile. Elle a des parents lamentables, vit dans les bas fonds et a des fréquentations peu recommandables. Derrière cette adolescente révoltée se cache une fille envieuse. Elle rêve de paillettes, d'amour, d'une vie luxueuse et facile. Elle sert d'appât. Elle et son gang se vengent, en quelque sorte, de cette vie rêvée qu'ils n'ont jamais eu en faisant payer les hommes aisés de plusieurs façons. Jusqu'au jour où ils vont trop loin et qu'ils subissent les conséquences de la justice. C'est à partir de sa cellule que la Petite barbare nous raconte son histoire de son enfance à sa vie actuelle.

Ce livre reflète le désespoir et la haine. L'écriture de l'auteur accentue ces 2 thèmes. Elle ne passe pas par 4 chemins et va droit au but, sans chichis. Pour moi, ce point est positif. Ce que je peux rajouter à ceci, c'est que comme la plume est TRÈS française, je n'ai pas toujours tout compris. Il fallait que je demande à mon homme (qui est français) de m'expliquer tels ou tels expressions/mots. Donc pour les lecteurs québécois, n'hésitez pas à utiliser Internet en cas de doutes ou si vous passez par-ici, envoyez-moi un petit mot.  

BREF, si ma chronique vous laisse des points d’interrogations, c'est normal. Ma lecture fut très complexe avec une héroïne complexe, un sujet complexe. Si je l'avais lu à mon époque Virginie Despentes, je suis certaine que j'aurais pu apprécier cette lecture différemment car pour moi, La petite barbare se classe dans la même lignée. Je suis loin d'y avoir déniché un coup de cœur mais cela reste une plume a surveiller pour de prochains ouvrages. Je n'ai pas adoré mais je n'ai pas détesté non plus. Je suis....mitigée. Pour ceux qui l'on lu, qu'en avez-vous pensé?

J'aimerais remercier Québec Loisirs pour l'envoi de ce livre.

Merci pour vos commentaires! Je les lis tous!