À la dérive / Nadine Poirier

Auteur(e): Nadine Poirier
Parution: 2017
Nationalité: Québécoise
Éditions: Éditions de Mortagne
Collection: Tabou
Nombre de pages: 320

"Maltraités et négligés par une mère alcoolique et toxicomane, Nolan et sa sœur, encore tout jeunes, sont pris en charge par la DPJ. Commence alors un long périple de famille d’accueil en famille d’accueil, au rythme des mauvais coups que fait Nolan pour en être expulsé.
À seize ans, après avoir passé la moitié de son existence dans le « système », Nolan est toujours convaincu qu’il réussira à retourner auprès de sa mère. Même si celle-ci ne lui témoigne plus aucun intérêt, il ne peut envisager sa vie sans elle et n’offre son attachement à personne d’autre. Jamais une nouvelle mère ne pourra être plus aimante que celle qu’il s’est fabriquée dans son imaginaire.
Son agressivité grandissante et ses séjours fréquents au centre jeunesse lui confèrent un statut de délinquant, de rebelle. Qui donc voudrait d’un adolescent pareil sous son toit ? Une famille, pourtant, semble finalement croire en lui… Et il y a Laurie. Si forte et courageuse. Se pourrait-il que cette rencontre parvienne à tout changer ?
L’abandon, qu’il soit vécu au sein d’une cellule familiale ou en institution, est souvent responsable du trouble de l’attachement. Des comportements défiant les règles établies par la société s’ensuivent, ainsi que les sanctions qui s’imposent. Il devient alors difficile de penser à l’avenir de façon optimiste. S’ouvrir aux autres peut être la solution pour réussir à repartir sur de nouvelles bases.
"


Comment un livre peut me faire passer par autant d'émotions à la fois? De la colère au rire, de l'incompréhension à la compassion, du sourire aux larmes...L'histoire de Nolan se répète malheureusement dans notre société actuelle. Combien de "parents" qui maltraitent leur(s) enfant(s), qui les négligent, qui les abandonnent mais dont ces enfants veulent retrouver du réconfort à tout prix dans leur bras? "À la dérive" est un roman jeunesse qui frappe le lecteur de plein fouet.

Nolan et Zoé n'ont pas eu une enfance facile avec une mère toxicomane, prostituée et violente qui plus est. Pourtant, le petit garçon admire sa mère, la voit plus grande que nature. De familles d'accueil à Centres jeunesse, Nolan va essayer par tous les moyens de retourner auprès de celle qui aurait dû les protéger en faisant les 400 coups. Cette relation toxique va durer jusqu'au moment où l'adolescent va rencontrer une famille qui lui fera voir une vision différente du monde et pourquoi pas vivre le premier amour aussi? La famille Gravel et son voisin Mustafa lui apporteront beaucoup au cours de son intégration, réussissant à recoller les morceaux mais aussi à se réinventer. Nolan n'a jamais reçu d'amour, n'a jamais mangé à sa faim mais avec sa nouvelle famille, toutes les choses qui lui semblaient impossibles prendront une place importante dans le trou qu'il a au cœur. Commencera alors une longue séance d'apprentissage, de reconstruction émotionnel. 

J'ai vraiment adoré ce livre autant par son écriture que par son sujet. Les personnages sont vraiment attachants. J'aurais eu envie de serrer Nolan dans mes bras et de le prendre sous mon aile. Derrière son côté délinquant se cache un petit garçon affectueux et blessé. Quant à sa sœur Zoé, celle-ci ne se fait pas d'illusion face à sa génitrice et réalise très bien que son rôle maternel est à revoir. La nouvelle famille d'accueil, Juliette et Benoît, sont de vrais amours. Tout le monde rêverait d'avoir des parents comme ceux-là. Cette partie du roman où on vit le quotidien avec eux a été ce que j'ai le mieux apprécié. De voir Nolan évoluer et sortir de sa coquille m'a beaucoup ému. 

BREF, ce livre est un véritable "page turner". Le thème du trouble de l'attachement est bien expliqué. L'auteur m'a fait vivre l'univers du jeune Nolan à travers ses écrits. Elle m'a fait sortir de mon petit cocon confortable pour me mettre à la place d'un adolescent meurtri et désarmé. L'histoire est si prenante que je ne voulais plus le quitter (hello l'heure du dodo au petites heures du matin!). Comme pour chaque roman de la collection Tabou, celui-ci est criant de vérité. J'avais l'impression de lire une biographie et non une fiction. Même si la lecture est assez difficile par moment, le dénouement est un immense baume au cœur. 

J'aimerais remercier les Éditons de Mortagne pour cette belle lecture!

2 commentaires

commentaires
23 février 2017 à 12:59 delete

Il me fait trop envie ce dernier et la couverture est magnifique <3

Reply
avatar
3 mars 2017 à 19:08 delete

Merci pour cet article! J'adore ton blog, j'y reviens constamment!

Megan
www.lapageouverte.com

Reply
avatar

Merci pour vos commentaires! Je les lis tous!